RETOURS D’EXPERIENCES – témoignage 1/6

Ingénieure à part entière !

21 janvier 2019

A l’occasion de la dernière cérémonie de remise des diplômes d’ingénieur·e Cnam Paris, 7 élèves se sont vus plus particulièrement mis en lumière pour saluer leurs très beaux parcours . Nous les mettons de nouveau sous les projecteurs en leur donnant la parole pour qu’ils nous livrent un retour d’expérience de leur formation au Cnam et leurs secrets de réussite. Aujourd’hui, c’est au tour de Jayamarie, ingénieure en systèmes électroniques, d’ouvrir le bal des témoignages.

Jayamarie, 45 ans vient d’être diplômée ingénieure

Etant déjà très qualifiée avec son titre d’ingénieure en poche, dans la spécialité Électroniques - obtenu en Inde en 1995 - puis un titre professionnel de niveau II de développeuse informatique délivré par l’AFPA, Jayamarie décide pourtant de s’engager de nouveau dans des études « longues»; elle reprend des études d’ingénieur·e dans la spécialité Systèmes électroniques mais en France, au Cnam et en cours du soir - modalité hors temps de travail (HTT) -. Surpris de l’entendre vouloir cumuler deux titres d’ingénieure, nous l’interrogeons sur ce point. Elle nous explique que l’échec à faire reconnaitre son titre d’ingénieure indien en France la pousse à ne rien lâcher et à se lancer pour devenir , un jour et dans notre pays,  une ingénieure à part entière!

Le Cnam, pour atteindre sûrement ses objectifs de formation

Tout en souhaitant également par le biais d’une reprise d’étude mieux maitriser la langue Française, c’est en 2007 que Jayamarie choisit le Cnam pour dit-elle «reprendre mes études en douceur tout en travaillant et en m’occupant de mes enfants âgés de 6 et 4 ans». Avec le Cnam Jayamarie ajoute qu’elle a également pu valider, par le biais de la VES, une partie des modules constitutifs de son premier diplôme d’ingénieur; tels que les mathématiques, le module Propagation et antennes et bien sûr l’anglais. Jayamarie précise aussi que c’est grâce aux modalités de formation proposées par le Cnam a trouvé la solution pour atteindre la diplomation. Le cursus ingénieur du Cnam dans la spécialité Systèmes électroniques étant accessible en cours du soir et en partie à distance, Jayamarie a pu mener de front une vie professionnelle et personnelle déjà bien remplie avec une reprise d’études

Un titre d’ingénieure Cnam pour évoluer professionnellement

Lorsque nous demandons à Jayamarie en quoi cette reprise d’étude a été déterminante pour la suite de son parcours professionnel, elle nous répond que cela lui a tout simplement permis de changer de métier ! Au sein de la RATP où elle travaille depuis des années Jayamarie a donc pu évoluer du poste de Développeuse informatique vers celui d’Analyste système OCTYS de la ligne 3 du métro parisien et Experte technique sur le système radio du système OCTYS. Rien que ça ! Nous voulons en savoir plus.

Un titre d’ingénieure Cnam pour exercer un métier passionnant

Jayamarie nous explique alors que grâce à l’obtention de son diplôme d’ingénieure Cnam, elle travaille aujourd’hui sur le système radio des métros parisiens en quelque sorte l’épine dorsale du système contrôle-commande des trains, basé sur le fameux système CBTC (Communication Based Train Control). Un travail qui nous dit-elle est passionnant. Tous les jours, elle œuvre avec l’équipe de maintenance qu’elle accompagne lorsque celle-ci doit reprendre des lignes de métro modernisées. C’est aussi pour cette équipe qu’elle se charge de rédiger les référentiels des modes opératoires.

Par ailleurs le travail de Jayamarie consiste à analyser les incidents en temps différé, proposer des solutions de contournements en cas de problème, suggérer des solutions d’amélioration ou encore et plus globalement à participer au projet de modernisation des lignes du métro.

Enfin, nous dit-elle, exercer ce nouveau métier lui a permis aussi de travailler mieux et davantage au sein d’équipes diversifiées et de départements aux spécialités bien distinctes : ingénierie, équipe de maintenance du matériel roulant, maîtrise d’ouvrage, système informatique, etc.

S’il y a de la volonté, il y a un chemin...

C’est grâce à ces mots « magiques » que nous livre Jayamarie en anglais « If there is will, there is way » que Jayamarie nous dit avoir réalisé son rêve ; l’obtention d’un diplôme d’ingénieure en France et en langue Française ! Une réussite dont elle est aujourd’hui très fière et on la comprend.

Lorsqu’on lui demande de nous livrer un peu plus ses secrets de réussite, elle ajoute « qu’il faut être très organisée et déterminée pour atteindre ses objectifs ». Elle précise aussi que réussir si on est une femme active, avec au sein de son foyer beaucoup de responsabilités, ce n’est certes pas facile mais pas impossible de devenir ingénieure. II faut être précise-t-elle doublement motivée et faire preuve d’opiniâtreté pour parvenir à ses fins quoi qu’il advienne ! Enfin, elle conclura en citant les enseignant·e·s-chercheur·e·s du Cnam qu’elle qualifie de « remarquables » et qui par leurs conseils, support moral et technique, lui ont permis de faire de son rêve une réalité !